André Fontaine : non à la sujétion, oui à l’humour

Capture d’écran 2015-10-26 à 14.45.25
André Fontaine en 1969.

Éviter les 4 SU

Où qu’il se trouve dans la chaîne de production, le journaliste se doit d’éviter les quatre SU :

La sujétion. Le journaliste ne dépend d’aucun pouvoir.
La suffisance. Le journaliste ne sait pas tout mieux que tout le monde.
La superficialité. Rien ne vaut pour le journaliste un réseau d’informateurs fiables pour approfondir ses connaissances.
La subjectivité. À défaut d’objectivité, le journaliste se doit de tout traiter avec honnêteté.

 

Appliquer les 4 U

Il peut, en revanche, mettre en pratique les quatre U :

L’utilité. Le journaliste écrit pour les autres.
L’humanité. Le journaliste respecte les droits de l’homme et les cultures, il traite les gens avec dignité.
L’humilité devant les faits : non au journalisme blasé et aux idées toutes faites ; oui à l’enthousiasme.
Enfin, un peu d’humour peut ne pas faire de mal…

Rendons à André Fontaine, ancien directeur du Monde, la paternité de cette double classification et au journaliste Patrick Blain, son partage…

À lire aussi : les devoirs du journaliste selon Albert Camus.

Advertisements
André Fontaine : non à la sujétion, oui à l’humour

Une réflexion sur “André Fontaine : non à la sujétion, oui à l’humour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s