Daniel Picouly : « Il faut écrire en amant et relire en mari »

Dans La faute d’orthographe est ma langue maternelle (pièce en un acte
à un personnage : l’auteur), Daniel Picouly évoque son rapport à la lecture
et à l’écriture. Il consacre un court passage à la réécriture, en une scène
fort imagée. Extrait.

 

images« Pourquoi, quand on relit ce qu’on a écrit le soir, on se trouve génial, et le lendemain matin… nul ?

[…]

Que s’est-il passé pendant la nuit ? Où est passé notre génie ?

Il a pris la tangente.

Le soir, quand on lit son texte, c’est de la passion amoureuse.

Ce qu’on a écrit et ce qu’on voulait écrire sont au lit ensemble.

Deux corps mêlés en sueur.

On ne fait plus de différence entre le désir du texte et le texte.

Le lendemain matin, on tend la main et… les draps sont froids.

Il ne reste que le texte nu.

Et maintenant on doit le rhabiller.

Il faut écrire en amant et relire en mari. »

(Le texte du spectacle a été publié aux éditions Albin Michel – extrait de la page 104).

La faute d’orthographe est ma langue maternelle, de Daniel Picouly. Éditions Albin Michel. 120p. 12, 50€.

 

Advertisements
Daniel Picouly : « Il faut écrire en amant et relire en mari »

Une réflexion sur “Daniel Picouly : « Il faut écrire en amant et relire en mari »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s