Renaudot : le bruit des choses advenues

La Gazette de Théophraste Renaudot voit le jour en 1631. L’hebdomadaire compte d’abord quatre pages, puis huit à partir de 1642. Il est complété par divers suppléments.

Chaque année, les différentes publications sont reliées en volumes qui font l’objet d’une préface de Théophraste Renaudot. Un regard pertinent, aujourd’hui encore, sur la réalité du journalisme. Voici un court extrait, choisi pour sa jolie formule :

imgres« L’histoire est le récit des choses advenues : la gazette seulement le bruit qui en court… elle ne ment pas, même quand elle rapporte quelque fausse nouvelle qui lui a été donnée pour véritable. Il n’y a donc que le seul mensonge qu’elle controuveroit à dessein qui la puisse rendre digne de blâme. »

Le verbe controuver signifie « inventer une chose fausse », selon le Littré. Plus précisément, « affirmer des faits erronés, souvent avec une intention malfaisante ».

Advertisements
Renaudot : le bruit des choses advenues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s