Face aux pudibonds, aux furibonds, avec Édith les mots rient ? Bon

Au bon mot, au grand mot, au fin mot, au demi-mot, Édith préfère le gros mot. Pour être plus précis, les gros mots cachés dans les mots. Elle en fait un dico, en 2008, un livres de toilettes bien chiadé qui lui vaut rapidement quelques ennuis.

Capture d’écran 2015-12-02 à 11.46.09

En 2014 paraît une version illustrée des cent meilleures définitions. En cette fin d’année 2015 sort le deuxième best of de « cent autres définitions illustrées », encore plus beau, encore plus pro, toujours aussi drôle et encore mieux troussé.

À Gwen, Kirika, Olivier Tichit, Philippe Ory et quelques autres succèdent une belle bande de neuf obsédés visuels, bédéistes, caricaturistes, graphistes, dessinateurs de presse. Le trait léger et les mains lestes, les auteurs (dont Jeffdebures, Papybic, Gouzil, Miss Gouby, Jim et Christian Creseveur, de l’obs.com) s’en donnent à cœur joie (mais le cœur n’est pas, et de loin, le plus dessiné des organes dans cet ouvrage).

Émancipation des zygomatiques

Tout n’est pas du meilleur goût (le fameux légionnaire retrouve sa chèvre). Édith l’assume, qui préfère aux saintes nitouche ceux qui touchent les seins.

Camille Salmon l’écrit dans la « préfesse » : « Halte là ! Pudibonds furibonds ! Sachez, pour en faire bon usage, la saine provocation de l’ouvrage. Les garde-fou sexo, socio, scato, catho passent à la moulinette, condition sine qua none à l’émancipation des zygomatiques et frilosités esthétiques ».

12249967_10206241577252088_6805599873336477878_n
La joyeuse équipe de ce dico illustré.

Étymologie

Dans les pages se succèdent les « con », les « chi » et autres « zobs » (les guillemets n’y changeront rien, je sais, et présenter ces mots comme des préfixes —contorsion, chipoter, les obsédés— non plus). Pourtant, Édith fournit une étymologie qui croise souvent une réalité gaillarde mais jamais vulgaire dans la jouis-sens qu’elle exprime :

Tonique (tôt nique) : qui stimule et favorise le coït matinal

Pistachier (pisse t’as chié) : arbre à gros mots

Les oblats (les zobs las) : religieux ayant fait vœu de chasteté.

Avec ces cent gros mots cachés dans les mots, Édith et son équipe de doux délurés nous offrent quelques heures de rire. Leur seul but : retrouver la veine vive et jubilatoire d’un Rabelais ou d’un San Antonio.

Une tradition bien gauloise que, non, décidément, nous n’avons le droit ni de putréfier ni de conchier.

Olivier Quelier.

« Le Dico des gros mots cachés dans les mots, version illustrée ». Tome 2. Tache d’encre Éditions. 22€.

 

Advertisements
Face aux pudibonds, aux furibonds, avec Édith les mots rient ? Bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s