Giancarlo De Cataldo et le pouvoir métaphorique de la fiction

Dans une récente interview au Monde des livres, Giancarlo De Cataldo, l’auteur de Romanzo criminale, grand connaisseur de la « comédie criminelle italienne », défend la supériorité de la fiction sur le journalisme. Il vient de publier un nouvel ouvrage, Suburra, cosigné avec le journaliste Carlo Bonini.

3kb4k1okfvdbfqsuhnjzxdxiceq5jndq

Advertisements
Giancarlo De Cataldo et le pouvoir métaphorique de la fiction

Une réflexion sur “Giancarlo De Cataldo et le pouvoir métaphorique de la fiction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s