San-Antonio vante les vertus du calembour

San-Antonio / Frédéric Dard a écrit plus de 250 livres (vendus à plus de 200 millions d’exemplaires) et inventé quelque 15 000 mots. Ses jeux de mots, à-peu-près et autres contrepèteries sont, eux, innombrables. Voici ce que San-Antonio disait des calembours.

Milesi-Raymond-San-Antonio-Reflexions-Poivrees-Sur-La-Jactance-Livre-895454831_ML« Les gens n’osent plus faire de calembours et ils ont tort.

Faut pas avoir peur de jouer avec sa langue maternelle. La langue est un matériau. On doit l’éprouver. Casser la croûte des traditions.

C’est pas bientôt fini ces simagrées ? Ça va continuer encore longtemps ce sacerdoce à la couille ?

Ils portent leur littérature comme un ostensoir, avec ostentation. Sans y enlever une virgule, never ! Qu’ils auraient tellement la trouille de l’abîmer, tu penses ! Qu’ils la veulent bien immobile, comme le phare à la pointe du Raz.

Attention aux néologismes, impropriétés, traficoteries pernicieuses. Ici langue française ! Bandes d’ocs ! Miséreux de la phrase ! Naufrageurs de la pensée !

Mes jeux de mots ? Vous les regretterez au moment de la mise en caisse ! Vous pigerez alors que ce n’est pas avec Proust que vous aurez fait le petit voyage, mais avec des calembouriens chevronnés ».

San-Antonio, in Réflexions poivrées sur la jactance (Fleuve Noir).

Advertisements
San-Antonio vante les vertus du calembour

2 réflexions sur “San-Antonio vante les vertus du calembour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s