Atelier d’écriture : des cadavres à pipe et à moustache

Il est des endroits, joyeux et créatifs, où la pipe devient chaleureuse, la moustache jalouse et l’épilation, blonde. Compte-rendu d’une séance d’atelier d’écriture consacrée aux cadavres exquis.

Il suffit d’un groupe de stagiaires en graphisme, d’un projet stimulant et d’un intervenant accro aux mots, jeux de mots et jeux sur les mots pour que les couloirs de l’école prennent des airs souriants et mystérieux.

Le « cadavre exquis » est un incontournable des ateliers d’écriture. Il devrait l’être des cours de journalisme, qu’ils s’adressent aux rédacteurs ou aux secrétaires de rédaction. Parce que le mot est un matériau que tous doivent s’approprier pour mieux l’utiliser, le triturer, le malaxer, pour qu’il transmette l’information ou rende l’émotion, pour qu’il « fasse sens » comme dit l’époque.

Spécialistes de l’image, du logo, du design, en un mot —et pardon pour le propos réducteur — de la communication visuelle, les graphistes avaient pour challenge d’associer les textes à leurs recherches, à leur réflexion.

Du placard de la créativité

Rien de mieux pour s’y essayer que d’en revenir aux valeurs sûres : Georges Perec, les Oulipiens, les surréalistes. Ces derniers ont inventé le jeu du Cadavre exquis. L’écrivain André Breton en donne cette définition : « Jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. »

Autrement dit : chaque participant écrit un morceau de phrase (sujet, verbe, complément) sans savoir ce que le précédent a écrit. La première production née de ce jeu, et qui lui a donné son nom, fut : « Le cadavre exquis boira le vin nouveau ».

Sur ce canevas, les graphistes ont sorti quelques cadavres du placard de leur créativité. Quelques exemples meublent en ce moment le décor.

Rien de gratuit dans cet exercice

L’exercice n’a rien de gratuit. Il permet d’évacuer les réticences et les exacerbations. Puis, surtout, de se recentrer sur un sujet très précis. Mais ceci est une autre histoire. De mots et d’amour.

(Une première version de cet article a été initialement publiée sur le site emi-cfd.com en décembre 2014).

 

Advertisements
Atelier d’écriture : des cadavres à pipe et à moustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s