Aujourd’hui, Albert Londres, « il bosserait sur sa table de cuisine, dans sa studette »

« Aujourd’hui, Albert, il aurait fait deux ans de stages non rémunérés, il bosserait tout seul chez lui, sur sa table de cuisine, dans sa studette, en troisième couronne, et il exploserait son forfait mobile dans des interviews avec l’étranger. »

Télérama a consacré début juin un article aux journalistes précaires. Le reportage débute par cette citation extraite du spectacle de Dorothée Drevon, ancienne pigiste devenue humoriste, intitulé Albert Londres, les pigeons et moi.

Car Albert, c’est Albert Londres, bien sûr, figure mythique du journalisme, dont l’ombre est bien présente aux côtés de Dorothée Drevon. Pression, horaires à rallonge, paupérisation… Les divers aspects peu réjouissants de la pige sont évoqués dans l’article signé Richard Sénéjoux.

Pour ceux qui n’avaient pu le lire au moment de sa parution, voici l’article dans son intégralité.

b1d0baff-1d09-4abb-a005-222adcd9acfc

59a3d711-0ada-4fef-972d-17ef163ee35c

Publicités
Aujourd’hui, Albert Londres, « il bosserait sur sa table de cuisine, dans sa studette »

3 réflexions sur “Aujourd’hui, Albert Londres, « il bosserait sur sa table de cuisine, dans sa studette »

    1. Bonjour ! En effet, vous avez été plusieurs à me signaler la mauvaise qualité du scan. Je vais faire le nécessaire dans les prochains jours pour proposer une version de meilleure qualité. Merci de votre lecture et bonne fin de semaine ! Olivier

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s