Faits divers : « Sous ces deux mots très élastiques… »

Le fait divers est une valeur sûre de la presse et reste indissociable de son essor. Divers ouvrages en attestent.

Citons notamment le Dictionnaire amoureux des faits divers, de Didier Decoin, chez Plon ; dans un registre plus fictionnel, Petit éloge des faits divers, de Didier Daeninckx (Folio) et surtout le passionnant essai de Mara Goyet, Sous le charme du fait divers, publié chez Stock.

Detective1

Dans son numéro de juin consacré aux Discours médiatiques, la revue TDC consacre un article aux faits divers, intitulé Figurer l’innommable. On y apprend notamment que c’est sous la plume de l’écrivain Théophile Gautier que la formule « fait divers » est apparue pour la première fois en 1838.

L’article débute par un étonnant extrait du Grand Larousse universel du XIXe siècle que je reprends ci-dessous.

Fais dix vers

« Faits divers :

Sous ces deux mots très élastiques

Tout journal régulièrement

Sert chaque jour à ses pratiques

De canard plus ou moins étique

Un copieux assortiment ;

Pour moi, laissant dans mon pupitre

Meurtres, vols, accidents, méfaits,

Puissé-je passer pour un pitre

Je calembourde et quand le titre

Dit : fais dix vers, crac, je les fais.

Faits divers, in Grand Larousse universel du XIXe siècle.

(Texte extrait de l’article Figurer l’innommable, publié dans le n°1104 de la revue TDC, dont vous pouvez trouver ma chronique ICI.

Olivier Quelier.

Advertisements
Faits divers : « Sous ces deux mots très élastiques… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s