Michel Déon : un « petit coup de brosse » aux « Poneys sauvages »

Michel Déon, 91 ans, a publié, quarante ans après, une version remaniée de son roman Les Poneys sauvages qui a obtenu en 1970 le prix Interallié.

image 66110728

J’ai pensé —disons-le sans aucune modestie— que ce roman n’était quand même pas mal, mais qu’il méritait un petit coup de brosse. (…) Il y avait des choses vraiment inutiles : trop d’adjectifs, trop d’épithètes, des problèmes de ponctuation et de liaisons. Comme disait Jules Renard, je me suis relu en étant mon pire ennemi. On apprend par ailleurs beaucoup en lisant de mauvais livres. Je ne citerai pas le nom d’un auteur de la maison [NDLR : Gallimard] qui commence ses phrases, cinq ou six fois par page, par des « maintenant » ou des « quand ». Je me suis dit que je ne pouvais pas écrire aussi mal. J’ai donc beaucoup nettoyé.

(in Le Point n°1996 ; interview réalisée par Thomas Mahler).

Advertisements
Michel Déon : un « petit coup de brosse » aux « Poneys sauvages »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s