Juliette Mézenc : de la « chambre à soi » à « Elles en chambre »

Elles en chambre est un livre sur les chambres des femmes. Les chambres des femmes écrivains, s’entend, comme une continuation de la célèbre « chambre à soi », de Virginia Woolf, indispensable pièce (physique et mentale) pour s’adonner se donner à l’écriture à la littérature.

51le43hlmdl-_sx375_bo1204203200_Un livre étrange, Elles en chambre, hors genre, ni essai ni roman ni étiquette dont ici l’auteure Juliette Mézenc se fiche éperdument. Lui importent le texte, l’écriture, le dispositif mis en place.

Hors de question pour Juliette Mézenc de « rédiger » quoi que ce soit, mais bien d’écrire : « Rédiger est une façon de formuler sa pensée, une pensée déjà pensée qu’il s’agit de mettre en forme. Très bien. Ecrire, c’est tout autre chose. C’est plutôt une manière de découvrir sa pensée dans et par l’écriture, dans son mouvement, et dans le même temps trouver une langue pour le dire ».

Les horribles travailleuses

Elles en chambre est une visite guidée de ces pièces conçues comme un réseau de cavités reliées entre elles — je sais, écrit ainsi ça peut faire flipper mais allez donc y lire, vous verrez, vous serez épatés. Visite guidée donc qui amène à rencontrer Gertrude Stein et Hélène Bessette et Plath et Sarraute et Wittig et Danielle Steel et…

Danielle Steel ? Pour être précis, Danielle Steel ®. Elles en chambre se lit comme une suite de l’essai de Virginia Woolf, regroupant donc des appelez-les comme vous voudrez auteurs/auteures/écrivains/écrivaines/romancières/intellectuelles. Le chapitre d’ouverture sur la chambre de Danielle Steel ® a été écrit, Juliette Mézenc, le dit « contre ou plutôt avec la colère qui [l’]a prise à la lecture d’un de ses romans ».

Bonne idée. Qui nous plonge dans l’écriture, la rage aidant l’ironie vacharde entraînant, nous donne le rythme des phrases de Juliette Mézenc (mettre nos yeux dans ses mots) avant de plonger à sa suite avec elle et allégresse dans le puits pour y rejoindre celles qu’elle appelle les horribles travailleuses.

Olivier Quelier

La phrase de Juliette Mézenc. 220 mots (extraite du chapitre Dans la chambre de Danielle Steel®

Une surface donc je disais vitrée à souhait… derrière se tient Danielle Steel ® sourire et chignon tirés au carré Danielle Steel ® ici vit Danielle Steel ® ici écrit Danielle Steel ® le regard planté dans vos yeux parce qu’elle écrit ce qu’elle lit dans vos cœurs Danielle Steel ® vos soupirs Danielle Steel ® vos émois Danielle Steel ® vos secrets Danielle Steel ® parce que vous êtes l’héroïne du prochain roman de Danielle Steel ® vous vous appelez Hope Victoria Grace Alexia Gabriella vous vous appelez Emma vous êtes professeur dans une prestigieuse école privée célèbre photographe new-yorkaise psychiatre de renom à Manhattan bienfaitrice des sans-logis femme en apparence comblée mais secrètement meurtrie vous avez un teint de porcelaine de pêche d’abricot vous avez des cheveux de jais et d’immenses yeux bleus vous avez des traits exquis et ciselés vous êtes respectée nette impeccable parfaite très digne votre vie bascule vous recevez d’inquiétantes lettres anonymes vous êtes déchirée entre l’amour pour les vôtres et le désir de réaliser vos rêves entre votre carrière et la maternité entre la gloire et votre famille vous êtes confrontée aux fantômes de votre passé terrassée par la grippe espagnole noyée sous les dettes, assommée par les calmants Titanic Titanic Titanic vous êtes sur le point de déclarer forfait aurez-vous la force de tout reconstruire, de vaincre vos anciens démons ?

Juliette Mézenc, Elles en chambre, éditions de l’Attente, 2014, 136 pages, 15 €.

Advertisements
Juliette Mézenc : de la « chambre à soi » à « Elles en chambre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s