Frédéric Gros : « Les journaux n’ont aucune mémoire »

« (…) La lecture des journaux ne nous apprend jamais en effet que ce qu’on ne savait pas encore. D’ailleurs, c’est exactement ce que l’on recherche : du nouveau. Mais ce qu’on ne savait pas, c’est précisément ce qu’on oublie aussitôt.
Parce qu’une fois qu’on sait, il faut laisser place à ce qu’on ne sait pas encore et qui viendra demain.
Les journaux n’ont aucune mémoire : une nouvelle chasse l’autre (…). Dès qu’on marche, les nouvelles n’ont plus d’importance. »

Marcher, une philosophie de Frédéric Gros, coll. Champs essais, éd. Flammarion.

412a93207ed96e49462a2f65cfc9f46f

Frédéric Gros est philosophe, spécialiste de Michel Foucault. Il a signé en 2016 chez Albin Michel un roman intitulé Possédées.

(Merci à Cécile L. pour le partage).

Advertisements
Frédéric Gros : « Les journaux n’ont aucune mémoire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s