Michel Delpech, inventaires 66 et 71

Un peu de name dropping ? Deux exemples intéressants avec ces chansons de Michel Delpech, sorties à 5 ans d’intervalle, comme pour mieux montrer, en même temps que sa pertinence instantanée, l’impermanence de ce procédé.

Inventaire 66

Une minijupe, deux bottes Courrèges
Un bidonville et deux Mireille
Une nouvelle Piaf, un p´tit oiseau de toutes les couleurs
Une nouvelle Darc qui brûle les planches
Une religieuse, un Cacharel
Des cheveux longs, des idées courtes
Un vieux Paris, un Paris 2
Des paravents à l´Odéon, un Palmarès de la Chanson
Et toujours, le même président

Il y a eu tout ça
Et puis malgré tout ça
Quand je t´ai rencontrée
Il y a eu autre chose
Et tu as peint pour moi
Cette année tout en rose
Toi, oui, toi

Une guerre au Vietnam, un mariage en Hollande
Pour bientôt un p´tit Smet et la mort d´un poète
Caméra sur la Lune, un drugstore Opéra
Des ch´mises à fleurs, un étrangleur
Une bombe dans la mer, opération « Tonnerre »
Juanita Banana, un four à l´opéra
« Un homme et une femme » au festival de Cannes
Un Tabarin en moins, un Paladium en bus
Et toujours, le même président

Il y a eu tout ça
Et puis malgré tout ça
Quand je t´ai rencontrée
Il y a eu autre chose
Et tu as peint pour moi
Cette année tout en rose
Toi, oui, toi

Mon p´tit raton laveur

Inventaire 71

Un mini-short, une Nana kitsch
Un débardeur, et un Sapritch
Une Mamy Blue, des Sexy-shops un p’tit peu partout
Un carré bleu sur les pare-brises
Un Sapporo, des vieux Baltard
Un Jésus-Christ en superstar
Un faux Chaban, un vrai Luron
Gérard Nicoud au violon
Et Giscard à l’accordéon
Et toujours, le même président…

Il y a eu tout ça
Et puis malgré tout ça
Quand je t’ai rencontré
Il y a eu autre chose
Et tu as peint pour moi
Cette année toute en rose
Oui toi, oui toi

Des Bidasses en folie, une guerre au Bengale
Un abbé défroqué pour une Love Story
Une voiture sur la lune, un dollar pour une thune
Une crise de la presse
Un JJSS
Une French Connection
Un Pompidou-Nixon
Un Maumau qui s’en va, un Charlot qui revient
Un Persépolis, un putsch marocain
Une grève de la police, un Ping-Pong à Pékin
Et toujours, le même président…

Il y a eu tout ça
Et puis malgré tout ça
Quand je t’ai rencontré
Il y a eu autre chose.
Et tu as peint pour moi
Cette année toute en rose
Oui toi, oui toi

Mon p’tit raton-laveur

À lire aussi : 

Vincent Delerm : pourquoi le name dropping ?

On se sépare pas de Sinatra

Publicités
Michel Delpech, inventaires 66 et 71

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s