Denis Grozdanovitch : prendre Emile Littré aux mots

C’est un ouvrage au format poche modeste et incontournable pour tous les amateurs de mots. Essentiel parce que dispensable, Le petit Grozda tient du livre de chevet. Pas une somme ni un pensum. Non. Denis Grozdanovitch, alerte champion de tennis à la retraite, écrivain depuis une quinzaine d’années, préfère le partage léger à l’érudition lourde.

Philippe Delerm ne s’y est pas trompé, qui l’a accueilli dans sa collection Le goût des mots qu’il dirige chez Points : « Je ne crois pas exagérer en affirmant que Denis Grozdanovitch est, plus qu’un passeur, une passerelle à lui tout seul, un esprit malicieux et subtil (…). Dans ce Petit Grozda, il y a l’idée que l’humour le plus vivant, le plus actuel prend toute sa fraîcheur en s’élançant sur la connaissance du passé. »

Exercice d’admiration

Avec cet ouvrage riche d’invention, d’humour, de citations et d’anecdotes, Denis Grozdanovitch signe un bel exercice d’admiration envers Emile Littré.

Dans son introduction, il raconte les origines de sa marotte, la collection des mots rares, piochés au fil des ans dans le fameux dictionnaire.

Cette passion prend tout son sens quand elle est partagée et permet à chacun — « Gros-jean béatement Hugolâtre, trainsporter tristement soupe-tout-seul, Orinthophile un peu Niaisot, Lundi ardent Observantin, Roger-bontemps inconsciemment Souffre-bonheur, Scapin horriblement singeur, Bureaumane-Lucubrateur, Bébé-Lunicole, Paumier-Bricoleur tourné écrivassier… ».

A chacun d’apprécier la pleine saveur de mots qui ne demandent qu’à retrouver le goût du jour.

Olivier Quelier.

Voici une petite sélection de dix mots, en lien avec la langue et son usage.

Atticisme : délicatesse de goût et de langage.

Battologie : répétition oiseuse et fastidieuse des mêmes pensées dans les mêmes termes.

Cacographie : orthographe vicieuse.

Datisme : manière de parler ennuyeuse dans laquelle on entasse plusieurs synonymes pour exprimer la même chose.

Jeannotisme : vice de langage qui vise à établir entre les mots des relations qui ne peuvent raisonnablement subsister, et cela par des hyperbates (ex. : Je viens chercher du bouillon pour ma mère qui est malade dans un petit pot).

Métromanie : manie de faire des vers.

Okygraphie : manière d’écrire extrêmement rapide.

Schibbboleth : langage ou manières qui appartiennent à des groupes exclusifs, qui désignent ceux qui en sont et excluent ceux qui n’en sont pas.

Stampomanie : manie de se faire éditer.

Zoïle : mauvais critique.

Le petit Grozda – Les merveilles oubliées du Littré, de Denis Grozdanovitch. Points, « Le goût des mots », 7, 40€.

Publicités
Denis Grozdanovitch : prendre Emile Littré aux mots

Une réflexion sur “Denis Grozdanovitch : prendre Emile Littré aux mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.