Stephen King : les adverbes, en enfer !

A lire aussi :

Stephen King, maître d’écriture.

99 % des adverbes ne servent à rien.

Grégoire Delacourt n’aime pas les adverbes (et il a raison !).

Publicités
Stephen King : les adverbes, en enfer !

Elizabeth Strout : le lecteur à l’intérieur

« Les phrases de ce livre ont l’air toutes simples, mais elles représentent des années de travail. Il faut du temps pour ne garder que l’essentiel. Si vous dites tout, le lecteur reste à distance, or je le veux à l’intérieur. »

 

Elizabeth Strout, née en 1956, est une romancière américaine. Elle a écrit cinq livres et a reçu le prix Pulitzer en 2009 pour Olive Kitteridge.

Un entretien avec Elizabeth Strout est à lire ICI.

 

Elizabeth Strout : le lecteur à l’intérieur

Léon Bloy : « Des hyperboles de plomb fondu »

Lit-on encore Léon Bloy, mort il y a cent ans, le 3 novembre 1917 ? Jacques Nerson le rappelle dans Bibliobs, ce violent polémiste publiait « des brûlots déplaisants avec lesquels il se mettait tout le monde à dos, croyants et incroyants. »

Bloy fulminait contre tout et tout le monde, contre le tiède, y compris dans le style. Il écrivait notamment à propos des figures de rhétorique — c’est Jean-Loup Chiflet qui le cite dans son Dictionnaire amoureux de la langue française :

Il faut inventer des catachrèses qui empalent, des métonymies qui grillent les pieds, des synecdoques qui arrachent les ongles, des ironies qui déchirent les sinuosités du râble, des litotes qui écorchent vif, des périphrases qui émasculent et des hyperboles de plomb fondu.

Photo : Léon Bloy (bridgemanart.com via Bibliobs).

Léon Bloy : « Des hyperboles de plomb fondu »

Juliette Mézenc : « Ecrire, c’est tout autre chose… »

« Rédiger est une façon de formuler sa pensée, une pensée déjà pensée qu’il s’agit de mettre en forme. Très bien. Ecrire, c’est tout autre chose. C’est plutôt une manière de découvrir sa pensée dans et par l’écriture, dans son mouvement, et dans le même temps trouver une langue pour le dire ».

(tiré de Elles en chambre, de Juliette Mézencéditions de l’Attente)

Mot maquis est le site de Juliette Mézenc, dont le livre Poreuse vient d’être réédité en version papier chez publie.net.

 

Juliette Mézenc : « Ecrire, c’est tout autre chose… »