Tongs & Stylos

Élisa Tixen, blog d'auteur

J’ai le grand plaisir de vous présenter mon dernier ouvrage,
Tongs & Stylos.

Tongs & Stylos,
c’est un booster d’écriture pour les vacances.

– 21 jeux d’écriture inspirants et faciles (mais pas toujours)
– 20 minutes par jour pour relever le défi
– Des tas d’astuces d’écrivains…

Avec Tongs & Stylos, je n’ai pas la prétention de vous former à toutes les techniques d’écriture créative, ni de vous apprendre à écrire, en un été, le futur best-seller de la rentrée.

Ce que je vous propose, c’est un booster spécialement conçu pour ceux qui écrivent de temps en temps, mais pas assez à leur goût et qui veulent profiter de ce bel été pour se faire plaisir à raconter et à écrire. Il est aussi dédié à ceux qui voudraient bien écrire mais qui n’osent pas parce qu’ils ne savent pas par quel bout de feuille commencer.

Si vous êtes dans ces situations, Tongs…

Voir l’article original 73 mots de plus

Publicités
Tongs & Stylos

Henri Brunel : le haïku, une école de lucidité

Haïku : petit poème japonais constitué d’un verset de dix-sept syllabes…

Derrière l’aride définition du Petit Larousse se cachent un univers, un art et une culture qu’Henri Brunel tente de nous faire découvrir dans un élégant petit ouvrage.

Soyons franc : ce n’est pas en soixante pages que le lecteur pourra s’approprier cette technique ancestrale. Mais Brunel a le mérite de proposer une initiation simple, illustrant son propos de nombreux exemples.

Qu’est-ce vraiment qu’un haïku ? Un court poème évoquant une humble réalité ? Pas seulement…

Le haïku est un diamant qui recèle une étrange vertu : « Il nous invite à mieux regarder. Il déchire le voile qui nous sépare à l’ordinaire de la réalité nue (…). Il est l’occasion d’une aventure intérieure, d’une nouvelle vision du monde ».

Instituteur bienveillant

D’une prose modeste et poétique, Henri Brunel évoque le poème classique japonais et son « adaptation » française. Le haïku gaulois a conservé de son modèle la brièveté, la composition en trois lignes, un mot de saison (le « kigo », le premier vers qui situe l’action), un thème emprunté à la vie quotidienne et, souvent, l’humour. La forme est plus variée, plus souple. Rien de plus normal puisqu’elle doit, par nature, s’effacer derrière le propos.

Henri Brunel est l’instituteur bienveillant de cette « école de lucidité » qu’est le haïku. Il nous ouvre avec simplicité les portes d’un univers complexe, nous invitant à devenir « une conscience éveillée ».

Olivier Quelier.

Henri Brunel, Le haïku, éditions du Petit Pavé.

« Travail de nudité »

« Le haïku est simplicité, légèreté, mise à nu de l’essentiel. […] Un haïku, c’est la chance offerte de tout deviner, de tout comprendre, de tout aimer, en un éclair de trois vers. »

« L’auteur de haïku doit renoncer le plus souvent aux adjectifs, et toujours aux métaphores, aux « violons de l’automne », aux flamboiements, à la colère, au romantisme, à la nostalgie complaisante. Travail de nudité. Il doit saisir avec force l’image, rassembler dans sa main le présent tout entier, et laisser place au silence. »

Henri Brunel, Les plus beaux contes Zen / L’art des haïkus.

Henri Brunel : le haïku, une école de lucidité

De la transparence de l’écriture…

« L’écriture c’est comme la vie, au début on brode autour, quand on avance on élague, et à la fin on ne garde que l’essentiel ».
Un beau texte personnel sur l’écriture, par une amie poétesse.

Josette Hersent - Poésies et Photos ©

livre et arrosoir 001

 » Ah ! comme elles ont passé rapidement les années ensoleillées de ma petite enfance, mais quelle douce empreinte elles ont laissée à mon âme ! »

 » Pourquoi parler d’une joie délirante, non cette expression n’est pas juste, c’est plutôt la paix calme et sereine du navigateur apercevant le phare qui doit le conduire au port… »

« Histoire d’une âme » Sainte Thérèse de l’enfant Jésus.

Quoi de plus beau qu’un texte qui vient du cœur, qui en contient la musique et la poésie. Cette pureté de ton, qui transcende les mots simples, ne peut venir que d’un être porté par la grâce.

Mais pour nous simples humains…

L’écriture c’est comme la vie, au début on brode autour, quand on avance on élague, et à la fin on ne garde que l’essentiel.

Par-dessus tout, j’aime lire ceux qui écrivent comme ils parlent, mais pour arriver à ce stade de dépouillement, il faut…

Voir l’article original 321 mots de plus

De la transparence de l’écriture…

Robert Solé : le plaisir de la relecture

« Mettre la dernière main au roman est un autre plaisir. Les relectures amènent à ajouter un dialogue, inverser deux paragraphes, remplacer un verbe, supprimer un adjectif inutile… C’est une sorte de jardinage, dans lequel il n’est plus temps de semer, mais de tailler ce qui dépasse. Le texte y gagne en qualité, sachant qu’en littérature mieux vaut suggérer que tout dire. »


(Le 1 des libraires, 25 août 2017).

Robert Solé : le plaisir de la relecture