« The Star Copy Style » : « les meilleures règles jamais apprises en matière d’écriture »

Au début du vingtième siècle, le Kansas City Star publie ses règles d’écriture et de typographie sous le titre de « The Star Copy Style ». Ernest Hemingway reçoit ce document en entrant comme reporter dans ce journal. Il déclarera ensuite à un journaliste qu’il propose à ses yeux « les meilleures règles [qu’il ait] jamais apprises en matière d’écriture. »

Première de ces recommandations du Star Copy Style — dont on voit déjà à quel point le style d’Hemingway (dont John Irving est loin d’être fan…) est empreint : « Use short sentences. Use short first paragraphs. Use vigorous English. Be positive, not negative. » (Faites des phrases courtes. Rédigez de courts premiers paragraphes. Utilisez un anglais dynamique, un style positif, pas négatif).

A lire aussi : 

John Irving : « Less is more ? Non, less is less ! »

Ernest Hemingway : « Write drunk, edit sober ».

 

 

 

 

Publicités
« The Star Copy Style » : « les meilleures règles jamais apprises en matière d’écriture »

Léon Bloy et le journalisme [1903]

De Léon Bloy, qui n’est pas le moins vociférant ni le plus délicat des romanciers et polémistes français, cette sentence de 1903, parue dans l’avant-propos de l’Assiette au beurre.

A lire aussi :

« Des hyperboles de plomb fondu.« 

Léon Bloy et le journalisme [1903]

Il y a 40 ans, Deleuze et la « pensée-interview »

J’ai trouvé sur le passionnant site Œuvres Ouvertes ce propos du philosophe Gilles Deleuze, dont la modernité, quarante ans après sa publication, rend urgente la lecture. L’extrait est tiré d’un texte publié comme Supplément au n°24, mai 1977, de la revue Minuit.

C’est pourquoi, à la limite, un livre vaut moins que l’article de journal qu’on fait sur lui ou l’interview à laquelle il donne lieu. Les intellectuels et les écrivains, même les artistes, sont donc conviés à devenir journalistes s’ils veulent se conformer aux normes. C’est un nouveau type de pensée, la pensée-interview, la pensée-entretien, la pensée-minute. On imagine un livre qui porterait sur un article de journal, et non plus l’inverse.

(© Gilles Deleuze _ 10 novembre 2016)

 

 

Il y a 40 ans, Deleuze et la « pensée-interview »

Patrick Besson : « Les médias ont une mission impossible… »

Je ne sais pas trop où, en ce moment, Patrick Besson se situe littérairement. Ni politiquement. Reste que ses talents de bretteur et de chroniqueur acerbe restent intacts.

Pour preuve cet extrait de son article dans le numéro 151 de l’hebdomadaire Le 1, consacré aux médias (Les médias faussent-ils l’élection ?).

Sa remarque, en tout cas, mérite qu’on s’y arrête en cette période post-électorale, où certaines rédactions et sociétés de journalistes s’inquiètent pour la liberté de la presse.

« Les médias ont une mission impossible, quel que soit le régime politique : informer. En démocratie, le journaliste est aux ordres du capital. En dictature, à ceux du pouvoir. »

D’autres formules tirées de l’article de Patrick Besson.

« Le journalisme est un métier impossible, sauf si on décide de le faire mal. Ou alors on évite la rubrique politique. »

« L’information ne leur étant pas autorisée, les médias recourent aux révélations, voire aux dénonciations. »

« Tout est important sur terre sauf les médias. Un jardinier a plus de pouvoir qu’un journaliste : il fait pousser une fleur. Ces poseurs de questions ne posent pas pour la postérité : des feuilles de calendrier chaque jour détachées. »

Patrick Besson : « Les médias ont une mission impossible… »

Asli Erdogan honore « les cris silencieux de toutes les victimes »

Asli Erdogan, journaliste et romancière turque, a été emprisonnée quatre mois pour avoir critiqué le gouvernement de son pays. Elle est maintenant sous contrôle judiciaire jusqu’à la tenue de son procès, en juin. Le 9 mai, à Amsterdam, elle a obtenu le prix Princess Margriet Award for Culture 2017, qui vise « à renforcer la cohésion sociale par la culture ». Elle a dédié cette récompense aux « cris silencieux de toutes les victimes ». Quelques jours plus tôt, Asli Erdogan accordait un long entretien au Monde. Elle évoque avec force et émotion comment elle est « entrée en littérature ». Extrait.

« Et puis les sujets m’ont happée les uns après les autres. Tant de tragédies ! Comment pourrions-nous les taire ? Il faut faire entendre la voix des victimes. Il faut trouver les mots et les procédés littéraires les plus à même de toucher les lecteurs qui n’ont pas envie d’être confrontés au drame ou à la violence.

Il faut ! Il faut ! Le langage journalistique n’est pas suffisant. Le recours à l’art et à la littérature est indispensable. J’ai travaillé comme une dingue. Je vérifiais mille fois chaque chose. (…)

Mais qu’on n’exige pas de moi une objectivité qui consisterait à mettre sur le même plan la victime et son bourreau. Ce serait une honte ! Quand on observe un homme battre une femme, l’objectivité consiste à soutenir la femme. »

 

Asli Erdogan honore « les cris silencieux de toutes les victimes »

Christophe Barbier, « tuteur pour lierre rampant »…

Les journalistes ont mauvaise presse. Pourtant, dans leur ensemble, ils continuent de faire leur boulot. Dans des conditions de plus en plus précaires, dans des situations de plus en plus difficiles. Ballottés entre mutualisation et regroupement, entre pressions et plan de licenciement.

Cela dit, certains aiment créer la polémique, histoire de se goberger d’être encore et toujours au centre des discussions. Enfin, certains… en l’occurrence Christophe Barbier, directeur de la rédaction du magazine L’Express jusqu’en octobre 2016, aujourd’hui dans quelque fonction brumeuse de conseiller du groupe Altice Media.

Des idées sur rien

Christophe Barbier, donc, dont ceux qui l’ont approché disent qu’il a « un avis sur tout mais des idées sur rien » — compétence qui lui permet de continuer à exercer les fonctions d’éditorialiste.

Ah, l’éditorialiste ! Barbier, l’homme à l’écharpe rouge qui ne s’écharpe plus avec personne depuis qu’il a gagné sa jolie petite place au soleil germanopratin, en a donné récemment, dans un article du JDD (rédigé par des étudiants en journalisme), une définition en termes si nobles, si choisis, qu’elle mérite de figurer dans le musée des archaïsmes de la profession.

Pas de « terrain » pour cet homme-là, vous l’allez voir. Il risquerait, en plus, d’y croiser ce « lierre rampant » qu’est le commun des mortels…

Olivier Quelier

Les réseaux sociaux ont déjà partagé des extraits de l’article du JDD, comme le montrent les tweets repris ci-dessous.

 

Christophe Barbier, « tuteur pour lierre rampant »…