Jacques Roubaud : « Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre… »

Les « conseils à un jeune poète » et les arts poétiques constituent des exercices que bien des auteurs pratiquent avec plaisir. Loin du lyrisme de Rainer Maria Rilke, le grand et facétieux Jacques Roubaud (poète, romancier, membre de l’Oulipo) se prête au jeu sous forme de fable. 

 

Le lombric

(Conseils à un jeune poète de douze ans)

Dans la nuit parfumée aux herbes de Provence,
le lombric se réveille et bâille sous le sol,
étirant ses anneaux au sein des mottes molles
il les mâche, digère et fore avec conscience.

il travaille, il laboure en vrai lombric de France
comme, avant lui, ses père et grand-père ; son rôle,
il le connaît. Il meurt. La terre prend l’obole
de son corps. Aérée, elle reprend confiance.

Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre
il laboure les mots, qui sont comme un grand champ
où les hommes récoltent les denrées langagières ;

mais la terre s’épuise à l’effort incessant !
sans le poète lombric et l’air qu’il lui apporte
le monde étoufferait sous les paroles mortes.

Jacques Roubaud, Les Animaux de tout le monde.

 

Publicités
Jacques Roubaud : « Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre… »

Jacques Dupin : « La poésie, pour quoi faire ? »

Discorde est le titre d’un livre publié en juin 2017, réunissant de nombreux textes épars du poète Jacques Dupin, mort en 2012. Comme l’explique l’éditeur, P.O.L, « tout au long de sa vie d’écrivain, Jacques Dupin avait coutume de publier ses poèmes en revue, puis de les reprendre dans des ouvrages à tirage restreint, accompagnés d’interventions d’artistes amis, avant de les regrouper enfin dans les recueils qu’il destinait à ses éditeurs principaux : Gallimard de 1963 à 1982 puis P.O.L. à partir de 1986. Certains toutefois n’ont pas trouvé l’ensemble qui les aurait accueillis, ou n’y ont été intégrés qu’au prix de modifications substantielles. »

Ce recueil « embrasse toute la carrière poétique de l’auteur » et présente en quatrième de couverture le superbe texte court reproduit ci-dessous.


Jacques Dupin, Discorde, P.O.L, 240p. 23€.

Jacques Dupin : « La poésie, pour quoi faire ? »

Avec Gotainer, les mots font du chahut !

Les mots font du chahut, chante Richard Gotainer. Une chanson extraite du spectacle musical La Goutte au Pépère, à l’Alhambra de Paris en 2004.

Le tohu-bohu des mots, hue !

Asticot, ouistiti
Chalumeau, zigouigoui
Bigoudi, artichaut
Les mots sont rigolos

Pistache et cacahuète
Saucisse, rutabaga
Pour se fendre la binette
Des mots marrants, y’en a

Le mot cacatoès
De par son allégresse
Lorsqu’il est bien placé
Tue la morosité

Pissenlit, pipistrelle
Ou cucurbitacée
On en trouve à la pelle
Des mots qui font poiler

Capuche
Râteau
Mouillette
Berlue
Merlan
Fouchtra
Cageot
Purin
Burette
Poireaux
Bigleux
Nougat

La pâte de Jujube
À son simple énoncé
Limite ça fout les flubes
À quel point t’es plié

Tam-tam, tohu-bohu
Plumeau, barbe à papa
Pouët pouët, turlututu
Calypso, charabia

Caribou, pétaudière
Robinet, salami
Pour se fendre la caf’tière
Un mot souvent suffit

Abscons, sucette, cache-col
Tartine, suppositoire
Y’a des choses de haut vol
Pour s’allumer la poire

toupie, cachou, bidule
Sémaphore, testicule
Les mots, venez mes beaux
Gondoler mes boyaux

Bigorneau, patchouli
Ragoût, talus, grumeau
Quolibet, cagibi
Manganèse, mikado

Kangourou, cacatois
Sushi, Titicaca
Ils viennent du monde entier
Les mots nous chatouiller

Pipeau, cabas, virole
Cornichon, roubignolles
Tutu, papou, gigot
Tatami, cacao

Bar- tabac, clafoutis
Tabou, zoulou, boubou
Rotoplo, riquiqui
Cha cha cha, roudoudou

Cornemuse, pédoncule
Bougie, nichon, gourdin
Abyssal, tentacule
Biglotron, marloupin

Capsule, bidon, béret
Bagnole, pistou, pétard
Lippu, baigneur, plumet
Crépu, cocon, plumard

Quetche, beurre, flux, taxe
Blâme, grue, poule, bloc
Miche, cul, broc, max
Tige, bulle, toque
Bouse
Flaque, bugne, flou, nase
Muse, baie, touffe, pique
Boule, plume, base
Tome, putch, lard, bique

Tu lâches du chiwawa
C’est la crise assurée
T’envoie chipolata
T’es sûr des retombées

Les Mots Font Du Chahut
Ils aiment se bousculer
Quand ça balance velue
C’est du poil à gratter

Babouche
Rabot
Cuvette
Lubie
Barlu
Choux fleur
Bignole
Tango
Braguette
bidet
Citrouille
Gicleur
Les mots c’est du bonheur

A écouter aussi : 

Des mots d’occasion pas chers avec La Rue Ketanou.

Quand Pierre Perret chantait la réforme de l’orthographe.

Avec Gotainer, les mots font du chahut !

Petit guide de lecture de ce livre

Quand on l’ouvre, on découvre dès les premières lignes de                                         Ce livre

qu’il sera composé de cinq parties évoquant,

« de différentes manières,

le sujet global

de l’œuvre dans son ensemble ».

 

Pour le dire autrement, l’essence de                                                                                  Ce livre

est de se demander comment un texte produit du sens et la nature même de ce sens.

Pour le lire autrement, disons que parcourir                                                                   Ce livre

revient à appuyer sur Crtl+u sous Windows et appréhender la méta-littérature

comme on plongerait dans les méta-données.

 

Ça a l’air compliqué, comme ça, d’aborder,                                                                      Ce livre

mais ce n’est pas le cas.

Il est même assez jubilatoire,                                                                                             Ce livre

j’allais dire jouissif.

C’est sans doute parce qu’il contient,                                                                                Ce livre

une bonne dose d’humour et de dérision

 

[Intertitre respectant les sacro-saints préceptes de l’écriture web]

 

Vous le comprenez en lisant                                                                                             Ce texte

qui se veut (s’espère) poreux de                                                                                       Ce livre

que celui-ci requiert une lecture micro-typographique,

qui n’est pas la moindre de ses surprises

ni la plus inaboutie

(si tant est qu’une autre soit inaboutie…)

de ses ambitions

 

Mais de quelle ambition parle-t-on à propos de                                                            Ce livre

signé Guy Bennett, qui a traduit                                                                                     This book

avec Frédéric Forte et déjà auteur,

en 2015, de Poèmes évidents ?

 

Il semble ne parler que de lui-même,                                                                              Ce livre

mais est-ce vraiment le cas ?

Et l’essence même de                                                                                                        Ce livre

en serait-elle livrée, comme écrit/promis,

page 69 ?

 

L’auteur est facétieux,

n’apporte que peu de réponses,

ou pour le dire à nouveau autrement, offre avec                                                          Ce livre

plus de serrures qu’il ne propose de clefs

« théoriques et techniques

de la matière qui le constitue ».

 

Le lecteur n’en a jamais fini avec                                                                                     Ce livre

tant il donne d’épaisseur à la réflexion.

Sans doute parce qu’il tente d’explorer,                                                                         Ce livre

« les limites

et les fins

de l’autoréflexivité, ainsi que sa place,

[…]

dans l’écriture

littéraire

contemporaine.

Olivier Quelier

 

Ce livre, de Guy Bennett, éditions de l’Attente, 2017, 96p. 11€.

Petit guide de lecture de ce livre

Patrick Chamoiseau : « Le langage n’est soumis à rien, n’est au service de rien… »

« Qu’est-ce que le langage ? Un style ? On dit souvent que le style fait sourire la grammaire, mais la grammaire est la police de la langue. Le style reste soumis à un ordre, il ne permet que de petites audaces, de petites innovations qui demeurent enfermées dans la logique centrale de la langue. Alors que le langage n’est soumis à rien, il n’est au service de rien, il ne croit pas qu’une langue soit plus belle qu’une autre. Le langage a le désir de toutes les langues du monde pour se confronter à l’indicible, avancer dans leurs ténèbres, dans leurs musiques, leurs odeurs, leurs textures. Il est là le défi des écrivains contemporains : comment construire son langage dans la matière même du monde, en présence de toutes les langues du monde ? »

Patrick Chamoiseau

(extrait d’un entretien avec Patrick Chamoiseau paru dans Télérama 3516, 31/05/17)

Patrick Chamoiseau : « Le langage n’est soumis à rien, n’est au service de rien… »

Mes yeux dans vos yeux, Charles Baudelaire [Atelier d’écriture au Musée Fabre]

Jeudi 18 mai. Musée Fabre de Montpellier. Au milieu des œuvres d’art, la proposition de Marie Bourjea, responsable du DU d’animateur d’atelier d’écriture de l’université Paul-Valéry, est simple.

Il s’agit, en cette matinée venteuse en ensoleillée, d’entrer dans le tableau, de pénétrer dans la toile et de soutenir la contemplation de l’œuvre par un texte littéraire. Vivre la peinture de l’intérieur, comme le vivrait « un livre posé sur la table ».

Je me suis installé face à Baudelaire, peint par Gustave Courbet. Pour un dialogue que je partage ici.

 

 Mes yeux dans vos yeux

 

Vous m’attendiez. Depuis longtemps vous m’attendez. Je viens, quelquefois. Pas assez souvent je sais, trop rarement je sais. Vous tournez le dos aux étangs de Palavas, indifférent à cette feignasse de fileuse qui ronflote frileusement à vos côtés.

– Tu sais, moi, quand je suis plongé dans un livre…

Autour de vous, le patron fanfaronne. Il n’y en a que pour lui dans la salle, Gustave par ci, Gustave par là. C’est lui qui, la première fois, m’a interpellé, je l’avoue. Avec son bâton de marche et sa barbe de hipster… – de « hipster », c’est un… une sorte de… peu importe, pardonnez-moi. Je lui ai dit bonjour, comme tout le monde. Puis j’ai tourné mon regard vers la gauche, et je vous ai vu. Vous n’avez pas levé les yeux.

– Tu sais, moi, quand je suis plongé dans un livre, une pipe au bec…

Vous êtes sombre. Je parle du tableau, non de votre humeur. Bien avant le blues, le bad et le seum, vous avez filé le spleen à des générations d’ados qui, entre un joint et une fille, s’entêtaient à maltraiter les fleurs.

Je reviendrai, vous savez. Encore et encore. Vous finirez par craquer. J’ai tout tenté, déjà : les correspondances, la méditation… J’ai moqué votre ridicule foulard jaune ; je suis venu avec quelques femmes faciles. Aucune réaction. Mais je reviendrai. Vous finirez bien par me regarder

et je planterai mes yeux dans vos yeux, bien plus fort que Nadar

et je plongerai dans votre stupre et votre misère,

vos errances et votre mystère,

vos galères et votre génie

– Tu sais, moi, quand je suis plongé dans un livre, pipe au bec, une toile d’éternité me recouvre. L’éternité est mon seul horizon.

Olivier Quelier

Mes yeux dans vos yeux, Charles Baudelaire [Atelier d’écriture au Musée Fabre]