Eddy Mitchell : journaliste et critique, « c’est dans ta nature, t’es intolérant » [chanson]

Avec Big Band, son 36e volume sorti en 2015, Eddy Mitchell rend hommage à l’Amérique qu’il aime, celle de Frank Sinatra et de Gary Cooper. Dans l’une de ses chansons, Journaliste et critique, il règle ses comptes avec les chroniqueurs musicaux.

518jp5zlvl

C’est dans ta nature
T’es intolérant
C’est le métier qui veut ça
Il faut que tu sois méchant, méchant
Pour toi les acteurs sont snobs, suffisants
Les actrices des jouets sexuels
C’est navrant, flagrant
Journaliste et critique
Parfois t’as raison
Ton analyse est juste
Comme ta vision
Tu nous fais découvrir
Des films, des nouveaux noms
Tu mérites ta liberté d’expression

C’est dans ta nature
D’être indifférent
Comme ça tu masques mieux tes sentiments
Tout le temps
Pourtant t’as beau être une plume intellectuelle

Tu as un cœur qui bat, une enveloppe charnelle
Journaliste et critique
Tu rêves souvent
D’écrire un best-seller
Ton grand roman
Politicien raté
Ou artiste égaré
Un chanteur sans public
Ramant, ramant

Journaliste et critique
Ton verbe acéré
Peut humilier et déstabiliser
La liberté d’la presse
Sans toi, c’est peanuts
Continue comme ça à jouer
Au sale gosse

Eddy Mitchell : journaliste et critique, « c’est dans ta nature, t’es intolérant » [chanson]

Quand je serai grand(e), je serai journaliste. Ou pas [3]

Oui, le journalisme fait rêver.
Oui, le journalisme fait fantasmer.

F Cambon.....François ALICOT 1907...hst 33/41 cm
« Journaliste a son bureau » par Félix Cambon en 1907.

Oui les grandes figures tutélaires (Londres — Ah, Londres ! — Giroud, et bien d’autres) ou médiatiques (là, je ne m’avancerai pas à citer des noms…) restent des modèles souvent enviés.

Mais au-delà des grands combats à mener, des causes à défendre ; au-delà de l’ « éducation » ludique qu’offre le marketing, certains aspirants se heurtent parfois à une réalité plus… abrupte.
15267998_10154752677053416_7386054350850746743_n

Car exercer le journalisme, c’est aussi subir pas mal de contraintes, comme le prouve ce bilan de stage publié sur les réseaux sociaux (Facebook) par le journaliste Alexandre Blanc…

15349758_10154752677088416_6008414900981559638_n

 

Quand je serai grand(e), je serai journaliste. Ou pas [3]

Quand je serai grand(e), je serai journaliste, poupée [2]

Etre journaliste n’est pas un métier comme un autre. Il continue de séduire, d’inviter à l’aventure, à la défense de causes que l’on estime justes. Il suscite des vocations et entretient une imagerie populaire bien décalée de la réalité. Deuxième des trois volets de cette mini-série tragi-comique.

C’est une chef-adjointe du Monde qui a publié cette lettre sur Facebook. Une écolière lorraine de 10 ans rêve de devenir journaliste. De bon augure pour l’avenir ?

12832316_799337026866883_706649771148601957_n

img_0775Cette gamine, en tout cas, pourra travailler sa vocation grâce à ces jouets qui ont resurgi sur les réseaux sociaux après la sortie d’un magazine offrant un « kit de journaliste ».

Grâce à La Fée Clochette magazine, la jeune investigatrice disposera d’un smartphone, d’un bloc-notes et même de la carte de presse tant convoitée.

 

 

 

Comme quoi on n’en a pas fini avec l’imagerie populaire qui fantasme le glamour du métier…

Enfin, le glamour à confetti et paillettes plus que le métier pour cette publication…

CXFfOcKWwAAqKZS

Capture d’écran 2016-01-04 à 17.49.48Barbie, déjà, se baladait sac en bandoulière et disposait de tout le matériel pour développer ses photos en argentique… Et se transformait, bien sûr, en vedette du journal télévisé

12391427_10208126436497072_8885809222793607476_n

Le bonhomme de Playmobil confirme en tout cas que le journaliste, dans la vie rêvée des enfants, n’existe qu’avec un micro à la main, muni d’une caméra ou d’un reflex…

Journaliste-Playmobil

Bref, on n’est pas près de trouver en kiosque une figurine à l’effigie d’Albert Londres. Le journalisme a sans doute une bonne image, mais elle se révèle très lourde de clichés.

Olivier Quelier

Retrouvez ICI le premier volet de cette mini-série, avec la campagne, très forte, de Reporters sans frontières.

 

Quand je serai grand(e), je serai journaliste, poupée [2]

« Le reste, c’est du journalisme… » Romain Gary cité par Philippe Labro

51gevju-3l-_sx195_Dans Je connais gens de toutes sortes, le journaliste, cinéaste et romancier Philippe Labro propose une série de portraits de célébrités réalisés pour divers journaux et magazines.

Dans un chapitre consacré à Romain Gary, Labro relate une discussion avec l’auteur de La vie devant soi.

« J’avais ouvert mon carnet de notes dès mon arrivée dans son bureau, il m’avait servi un whisky et m’avait dit : « Tu vas quand même pas faire le journaliste, range-moi ça », et j’avais eu beau essayer de lui expliquer mon objectif (capter des « moments » 32807de gens « célèbres » pour le besoin d’un papier mensuel dans un magazine de luxe), il m’avait dit, sans autorité, mais avec cette tonalité basse dans la voix qui faisait passer n’importe quelle formule : « Eh bien, fais comme les bons écrivains, écoute, observe, et tout ce que tu auras retenu vaudra la peine d’être cité, le reste, c’est du journalisme, donc, c’est du provisoire. Ne retiens que l’essentiel. »

« Le reste, c’est du journalisme… » Romain Gary cité par Philippe Labro